streaming musical, qui gagnera la guerre parmi spotify amazon music prime, spotify, apple music, youtube music
Actualités

Qui va gagner la guerre du streaming musical ?

Qui est le meilleur parmi YouTube Music, Spotify et Apple Music ?

La musique en streaming est, comme les films et les séries, un domaine qui est contesté par une bonne poignée de joueurs. Il s’agit bien sûr de Spotify, Apple Music, YouTube Music, Deezer et Amazon Music, des services qui, en général, offrent plus ou moins la même chose : de la musique en ligne pour un prix forfaitaire.

Aujourd’hui, Spotify a présenté ses résultats pour 2019, montrant que le nombre d’utilisateurs continue de croître, bien que la rentabilité du dernier trimestre ait été négative. La société suédoise a clôturé l’année 2019 avec une perte de 73 millions d’euros, alors que le nombre d’utilisateurs mensuels actifs, tant gratuits que payants, n’a cessé de croître. Comment se compare-t-elle à ses concurrents ? Nous verrons bien.

Évolution des utilisateurs des principales plates-formes de diffusion audio en continu
Si nous examinons les utilisateurs de chaque plateforme de streaming, nous pouvons constater que Spotify est toujours le plus performant à tous les égards (à condition de ne pas inclure les services locaux comme ceux disponibles en Chine ou en Inde, où Ganna est la référence avec 152 millions d’utilisateurs payants). Spotify compte 124 millions d’utilisateurs payants, c’est-à-dire des personnes seules ou des membres d’une même famille, c’est-à-dire un compte partagé.

Ce chiffre se rapproche progressivement de celui des utilisateurs gratuits, qui sont ceux qui utilisent le service sans payer en échange de l’écoute de publicités, ne pouvant pas télécharger de contenu et ne pouvant pas accéder à la meilleure qualité audio. Au total, Spotify compte donc 271 millions d’utilisateurs actifs par mois, bien que dans le graphique, étant donné que le reste des services sont pour la plupart payants, seuls les services premium sont pris en compte.

principales plateformes de streaming audio


Ensuite, c’est Apple Music. La société divulgue de temps en temps des données sur ses abonnés, mais les dernières données disponibles indiquent que le service d’Apple compte actuellement 60 millions d’utilisateurs actifs par mois. Comme il n’y a pas d’option gratuite, comme dans Spotify, toute personne qui utilise Apple Music religieusement paie sa redevance mensuelle. Le service de la société gagne de plus en plus d’adeptes, bien qu’il soit encore loin du service européen, qui double ses utilisateurs et augmente de 4,5 fois, selon que l’on considère les utilisateurs payants ou gratuits.

Quelle quantité de données chaque plateforme de musique en continu consomme-t-elle ? Spotify, Apple Music, YouTube Music et Tidal, en procès
SUR XATAKA MOBILE
Quelle quantité de données chaque plateforme de musique en continu consomme-t-elle ? Spotify, Apple Music, YouTube Music et Tidal, testés
Les trois services qui restent en bas du tableau sont Amazon Music, YouTube Music et Deezer. Selon les dernières données disponibles, Deezer compte sept millions d’utilisateurs payants et 14 millions d’utilisateurs gratuits, qui ne peuvent écouter de la musique que dans un ordre aléatoire. Elle a été dépassée par YouTube Music, qui a réussi à ajouter 20 millions d’abonnés en 2019, bien qu’un point soit à nuancer.

Lorsque Google a annoncé le chiffre de 20 millions d’abonnés, il a mis les utilisateurs de YouTube Premium et de YouTube Music dans le même sac, alors que le premier abonnement inclut le second. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie que certains utilisateurs de YouTube Premium peuvent ne pas utiliser YouTube Music, donc, en ce qui concerne les utilisateurs de YouTube Music, il vaut mieux prendre les données avec une pincette.

Enfin, la croissance d’Amazon Music, qui compte déjà 55 millions d’abonnés payants en additionnant toutes les modalités, n’est pas moins intéressante. Il est donc très proche d’Apple Music, avec seulement cinq millions d’utilisateurs.

Spotify et le défi de la rentabilité

En bref, Spotify, qui est également le plus ancien service, est toujours bien en avance sur ses concurrents en termes d’utilisateurs, mais plus d’utilisateurs ne signifie pas un meilleur rapport qualité-prix. Bien que l’entreprise n’ait pas cessé de croître en nombre d’utilisateurs, la rentabilité est encore une tâche en suspens. Au dernier trimestre de 2018, la société a réussi, pour la première fois de son histoire, à devenir rentable, mais les résultats finaux montrent que le ratio bénéfice/perte a été encore pire qu’en 2018.

Rentabilité de Spotify : en vert le Chiffre d’Affaires, en noir le bénéfice. Aïe…

La société a clôturé l’année 2019 avec un chiffre d’affaires de 6 764 millions d’euros, un chiffre nettement plus élevé que les années précédentes, mais qui ne s’est pas traduit par un bénéfice, puisque la société a perdu 77 millions d’euros, soit un peu plus que les 43 millions d’euros qu’elle avait perdus en 2018. Cela est dû, selon Spotify, aux éléments suivants :

« Les charges d’exploitation de 551 millions d’euros au quatrième trimestre ont augmenté de 80 % par rapport à l’année précédente, en grande partie en raison de charges sociales plus élevées que prévu suite à l’augmentation du cours de nos actions. Si l’on exclut les charges sociales plus élevées que prévu, la perte d’exploitation se serait terminée un peu mieux que prévu en raison de la légère amélioration du bénéfice brut ».

La marge brute de la société était de 1,722 milliard d’euros en 2019, mais elle est réduite de 615 millions d’euros pour la recherche et le développement, de 826 millions d’euros pour les ventes et le marketing et de 354 millions d’euros pour les frais généraux administratifs, soit un total de 1,795 milliard d’euros. En bref, cela se traduit par une perte de 73 millions d’euros.

Le combat féroce entre les différentes plateformes de streaming audio pèse sur la rentabilité

L’un des segments dans lequel l’entreprise a le plus progressé cette année est celui des podcasts, qui ont connu une croissance de 16 % des utilisateurs et de 200 % des heures d’écoute. Ceux-ci s’avèrent être un bon mécanisme pour retenir les utilisateurs gratuits qui finissent par passer au mode premium. Selon Spotify, « les premières indications montrent que ces utilisateurs sont plus susceptibles de se convertir à Premium au fil du temps ».

À l’horizon 2020, la société entend continuer à attirer des abonnés payants. « D’après l’histoire, nous savons que la croissance des MAU (utilisateurs actifs mensuels) tend à être un indicateur majeur des ajouts futurs d’abonnés, qui est ensuite suivi par des gains de revenus tant chez les utilisateurs premium que chez les utilisateurs bénéficiant d’un soutien publicitaire ». Ils estiment qu’ils clôtureront l’année 2020 avec 328 à 348 millions d’utilisateurs, dont 143 à 153 millions d’utilisateurs payants.

En termes de bénéfices, la société estime que 2020 se terminera avec un chiffre d’affaires compris entre 8,08 et 8,48 milliards d’euros, un chiffre nettement supérieur à celui de 2019 qui, selon les estimations de Spotify, ne sera pas un bénéfice. Ils s’attendent à ce que l’année 2020 se solde par des pertes de 150 à 250 millions d’euros, alors attendons le 31 décembre pour voir comment les choses se passent.