halloween et les citrouilles qui font peur
Actualités

La Covid-19 pourrait-elle provoquer l’annulation d’Halloween ? Comment se faire peur :)

Films, podcasts, promenades dans les cimetières et plus encore : notre guide pour profiter d’une fête de la peur socialement distante.

Il n’est pas surprenant qu’un nombre impressionnant de festivités traditionnelles d’Halloween aient été annulées ou réduites cette année. Des bonbons ou des farces ? Cela dépend de l’endroit où vous vivez. Des maisons hantées ? Oui, mais aussi non. Un marathon de films d’horreur dans un cinéma ? Oubliez ça.

Mais ce n’est pas que des mauvaises nouvelles. pour un Halloween « plus sûr, plus alternatif », notamment des fêtes costumées en plein air et des sacs de bonbons à emporter. Les services de streaming proposent une multitude de films d’horreur. Les expériences de drive-in hanté sont en plein essor.

Voici un guide des activités d’Halloween, que vous pouvez faire

La parade d’Halloween du village a été annulée – mais il y aura un volet virtuel. Mais d’autres événements ont lieu en personne, dont beaucoup sont destinés aux familles qui ont envie de sortir de la maison. (Presque toutes ont des exigences en matière de masques et de distanciation sociale).
« Blood Manor », l’une des rares expériences hantées ouvertes à New York cette année, est de retour dans sa maison de TriBeCa avec des frayeurs comme la Killer Clown Room ; les protocoles prévoient des masques, des contrôles de température, des stations de désinfection et des acteurs qui garderont leurs distances avec les invités. Les Hayrides du cavalier sans tête à Ulster Park, N.Y., ont été remplacés par un lieu de passage appelé « Dare to Ride the Horseman’s Trail ». (Vous pouvez toujours vous promener dans le labyrinthe de maïs.) La parade des chiens d’Halloween de Tompkins Square, qui devient virtuelle le 24 octobre, est également populaire auprès des enfants.

Sortir en plein air ? Dangereux !

Seriez-vous capable de sortir dehors pendant Halloween ?

Les citrouilles sont l’attraction principale de deux promenades en plein air. Plus de 7 000 citrouilles illuminées : c’est la vue spectaculaire du Great Jack-O’-Lantern Blaze au manoir Van Cortlandt à Croton-on-Hudson, N.Y. De gros sourires oranges vous accueilleront également au jardin botanique de New York dans le Bronx, où le Great Pumpkin Path, selon le jardin, présente certaines des plus grosses citrouilles du monde.

Les découvertes à distance sociale abondent dans les cimetières locaux. Le cimetière de Sleepy Hollow, dans la vallée de l’Hudson, propose des visites à pied axées sur Washington Irving et des visites nocturnes à la lanterne du lieu de repos de William Rockefeller et Andrew Carnegie. Le cimetière Green-Wood de Brooklyn célèbre la fête mexicaine El Día de los Muertos, ou Jour des morts, jusqu’au 1er novembre. Les visiteurs peuvent déposer des offrandes personnelles sur un autel communautaire de grande envergure, conçu par l’artiste Scherezade Garcia.

L’un des mots les plus excitants dans le cinéma de nos jours ? Alfresco. Le Queens Drive-In accueille le double film d’horreur 101 pendant Halloween dans sa maison du New York Hall of Science à Flushing Meadows Corona Park. Parmi les doublages figurent des films d’horreur contemporains comme « Get Out » et « The Babadook » ainsi que des classiques comme « Halloween » et « Le massacre à la tronçonneuse du Texas ». Juicy Lucy BBQ, un restaurant de Staten Island, a transformé son parking en un drive-in théâtral pour « A Flick & a Feast », une série de dîners et de films en plein air où la poitrine de boeuf, les côtes et les hamburgers sont livrés, comme à l’atelier, à votre véhicule. Le 30 octobre, la série « Hocus Pocus », destinée aux familles, sera diffusée.

Le théâtre socialement éloigné arrive sur les marches de Grant’s Tomb à Morningside Heights dans la pièce sanglante de Shakespeare « Titus Andronicus », montée par la Rogue Ensemble Theater Company jusqu’au 1er novembre. Des masques sont exigés pour les acteurs et le public, et le nombre de places est limité.

Citizens, un restaurant de SoHo, accueille chaque semaine une série de films qui comprend un dîner et des boissons. Pour le week-end d’Halloween, il diffuse « Scream », « Donnie Darko » et les versions de 1978 (originale) et 2007 (reboot) de « Halloween ».

Cinéma du cauchemar

halloween avec les films de monstres

Cette année, la programmation des nouveaux films d’horreur est effrayante. Deux remarquables : « Synchronic » (en salles et en drive-in), sur les effets sinistres d’une drogue qui voyage dans le temps, et « His House » (sur Netflix le 30 octobre), sur des réfugiés du Sud-Soudan qui font face à une présence démoniaque dans une petite ville anglaise.

HBO Max propose une saine sélection de films d’horreur classiques ainsi que des films modernes effrayants et satisfaisants pour répondre à vos besoins de visionnage d’Halloween.

Une nuit d’effroi

Halloween ! avec le projet Blairwitch

Halloween est un samedi cette année, alors si l’idée de patauger dans les folies de la rue vous semble infernale, deux événements en streaming cette nuit-là vous donneront des frissons dans votre salon.

Le théâtre du populaire bal costumé d’Halloween du village de New City, qui en est à sa 44e année, se déroulera virtuellement, avec de nouveaux programmes mettant en vedette plus de 100 artistes et des apparitions de piliers du centre-ville comme Everett Quinton et Penny Arcade.

Il y aura des spectacles de cabaret virtuels, des pièces radiophoniques, un concours de cris et – en personne – le « Chop Shop Theater », où les spectateurs socialement distants pourront regarder des pièces de 10 minutes depuis le trottoir. (Les pièces seront également diffusées en direct.) La diffusion des événements est gratuite, mais les dons sont les bienvenus.

Enfin, la série originale d’une demi-heure, « The Witching Hour », produite par le musicien Ryan Graveface, sera jouée le 31 octobre sur les stations de radio et en ligne à partir de 22 heures (heure de l’Est). L’histoire se déroule à l’occasion d’Halloween, lorsqu’un DJ raconte des histoires de fantômes sur les ondes, pour découvrir ensuite que le vrai mal se passe à l’extérieur. La pièce est inspirée de la « Guerre des mondes » diffusée ainsi que de « Coast to Coast », une émission d’appel tout à fait bizarre sur le surnaturel qui a été animée par Art Bell de 1989 à 2003.