Live Reports

Live Report : La ferveur du festival Rampage 2017

Silvdbphotography ©

Que dire de cette édition de Rampage 2017 si ce n’est qu’elle nous a vendu du rêve. Entre une scénographie de dingue, des animations lumière époustouflantes et un line up à la hauteur de ses ambitions, le festival Belge avait tout pour nous faire passer une soirée inoubliable.

Dès notre entrée, on ne savait pas où donner de la tête en voyant les animations visuelles déployées dans l’immense salle de Sportpaleis (Anvers). Il faut s’imaginer des LED à 180° au-dessus de notre tête, recouvrant ainsi le bas du plafond et la partie haute des murs. Au fur et à mesure que la soirée avançait, des colonnes de lumières s’abaissaient puis remontaient avec un système mécanique pour créer une ambiance unique. Rien qu’en regardant les jeux de lumière on pouvait facilement occuper une partie de la soirée, tellement le dispositif mis en place était exceptionnel.

Philippe Wuyts Photography ©

UNE CONSTELLATION D’ARTISTES POUR 11H DE SON

Chaque année s’apparente comme un défi pour les programmateurs de faire tenir la vingtaine d’artistes annoncés dans la time table. La solution des b2b s’est rapidement imposée pour proposer au public des associations inédites, tout en laissant des valeurs sûres en solo. On s’est fait une joie en début de soirée de voir la technique de Feint aux côtés de Fox Stevenson et sa touche mélodique. Aussi, le regroupement de 3 artistes phares de Ram Records (DC Breaks, Mind Vortex et Loadstar) a sûrement été pour nous le meilleur set de la soirée : la fusion de ces trois groupes pour un show millimétré où les exclus se sont enchainés était du pur régal. En revanche l’association entre Doctor P et Funtcase, pourtant bonne sur le papier, nous a laissé sur notre faim. D’un côté on a apprécié la violence de Funtcase et sa sélection musicale, de l’autre on a moins compris l’intérêt de la présence de Doctor P qui, mis à part jouer ses classiques, n’a pas montré grand-chose.
Individuellement on a eu du très lourd également, avec Eptic, qui a parfaitement maitrisé son set en remettant ses classiques au goût du jour. Le belge qui jouait à minuit a bénéficié du meilleur horaire pour retourner l’arène de Sportpaleis. Pareil pour l’ami Mefjus, qui a clôturé la soirée de la meilleure des manières en remuant la foule avec une neurofunk des plus fines. Enfin notre déception était de voir Modestep juste en dj set alors que le groupe se déplace normalement en band pour jouer un véritable concert mélangeant rock et dubstep. Hors seulement leur dj était présent pour Rampage, ce qui était peu impressionnant et a enlevé du charme à leur musique.

Silvdbphotography ©

DES MC’S BIEN AU RENDEZ-VOUS

Si les mc’s avaient été tant décriés aux éditions précédentes, que ce soit par leur niveau ou leur présence trop envahissante, cette année la mire a été réglée. Finement sélectionnés par l’organisation, ils ont su tenir leur rôle et animer la soirée tout en laissant les dj’s le soin d’enflammer la salle d’Anvers. On pense à mc Youthstar, qui est en collaboration active avec le groupe Chinese Man, ou bien Maksim, qui accompagne Mefjus sur ses tournées. En revanche, le groupe Sasasas, dont Macky Gee et Dj Phantasy font partie, nous a déçus. On a eu du mal à comprendre l’intérêt d’avoir autant de mc’s (quatre au total) autour de deux artistes pareils. Dommage pour ces deux piliers de la jump up, car l’ensemble de leur prestation était cacophonique.

Youthstar et Jenna G. Silvdbphotography ©

LE REGNE DE NOISIA

Annoncé comme la tête d’affiche de la soirée, le groupe hollandais leader de la discipline venait présenter son dernier album « Outer Edges » avec un show spécialement conçu pour l’occasion. En rodage depuis le festival Let It Roll de cet été, le trio était habillé en cosmonautes pour proposer un show visuel et musical époustouflant. Naturellement, ce n’est pas le set qui nous a fait le plus danser, mais les productions du groupe sont tellement travaillées et en osmose avec la scénographie, que le live de Noisia est resté comme un moment fort de la soirée. Notons que leur morceau Tentacles est sûrement celui qui a le plus été joué lors de cette édition de Rampage, c’est dire l’influence de ce groupe dans l’univers de la bass music.

Tentacles. Philippe Wuyts Photography ©

Avec une organisation parfaite, que ce soit à l’entrée de la soirée, aux bars ou bien aux vestiaires, un light show inoubliable et un line up géant, Rampage s’est rapidement imposé comme un événement majeur dans le monde de la bass music. Sold-out pas moins de 6 semaines avant, la soirée qui se déroulait dans l’immense salle de Sportpaleis à Anvers était attendue par 15.000 festivaliers venus du monde entier. Rampage nous a vendu du rêve et nous donne déjà l’envie d’être à l’année prochaine. Souhaitant toujours mettre la barre plus haute, l’organisation a d’ores et déjà annoncé une édition 2018 qui cette fois-ci aura lieu sur un weekend tout entier!

Silvdbphotography ©

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top
X

Soirées Électroniques utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site web, vous acceptez leur utilisation. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer