Interview

Interview : Dark Pack

Originaire de Toulouse, l’association Dark Pack est spécialisée dans l’organisation d’événements bass music « undergrounds ». Depuis 2015, elle est au sein de la ville rose une confrérie incontournable proposant des line-up définitivement à la hauteur des envies du public. De Blitz à Skurt en passant par la source Dark Pack et leur festival High Culture, elle nous a fait le plaisir de répondre à quelques une de nos questions.

SE | Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs en quelques mots ?

Nous sommes un groupe d’amis, ou plutôt une famille qui adorons la bass music. Nous avons tous chacun une personnalité différente, et c’est ce qui fait la Dark Pack !

SE | A quelle période avez-vous décidé de créer cette association ? Quels étaient vos objectifs ?

La Dark Pack a d’abord vu le jour à Copenhague (Danemark) vers novembre 2015. Aymeric et Kevin ont imaginé la Dark Pack pour organiser des soirées dans les plus grands clubs de la ville. Au retour d’Aymeric, nous avons tous rejoint le projet et crée l’association ! On avait envie d’apporter notre touche à la bass music, faire des soirées qui nous ressemblent ! On a donc fait notre première soirée le 19 février 2015 à l’Obohème (Toulouse) !

SE | Au sein de Dark Pack, combien êtes-vous  ?

Au sein même de l’association,  nous sommes une douzaine ! Il y a aussi le label, et tous les producteurs DJ qui en font partie. Ils sont 9, chacun apporte sa touche à la Dark Pack ! Ensuite, nous avons agrandi la famille avec notre équipe de RP, notre énorme équipe de bénévoles présente au High Culture. Aussi, nous pouvons toujours compter sur l’équipe de KRD Audio qui s’occupe du son et des lumières. Et puis, il y a les photographes, les vidéastes qui nous suivent à chacune de nos soirées ! Nous avons aussi d’autres amis qui nous suivent quotidiennement. Nous sommes devenus une énorme famille depuis nos débuts et c’est une très belle force !

Des bénévoles durant le High Culture Festival.

Des bénévoles durant le High Culture Festival. Crédit photo: Louis Derigon

SE | Pouvez-vous nous parler de votre nouveau projet « Skurt » ?

Nous sommes partis du constat que le dubstep avait une place moins importante ces derniers temps, et nous ne voulions pas laisser mourir la dubstep à Toulouse. Du coup, on a créé un nouveau projet autour du dubstep. A la base, nous sommes tous de gros gros fans de dubstep, on adore ce style de son. Donc pour la première édition, nous n’avons fait venir que des pépites qu’on écoute énormément depuis plus ou moins longtemps. On veut redonner envie au public !

SE | Samedi 1er octobre 2016, vous deviez inviter des artistes comme Reso, Current Value, Billain etc. Que s’est-il passé ? Vous comptez reporter l’événement ?

Courant septembre, une rixe a eu lieu au Live Club. De ce fait, une fermeture administrative est tombée sur la société qui gère le Live et l’Inox. Nous avons du reporter la soirée au 3 décembre ! Cela nous permet d’encore mieux préparer la BLITZ et prévoir encore plus de surprises, comme de distribuer le dernier EP de Methlab aux personnes ayant pris leurs places. Il y a encore quelques surprises à prévoir, préparez-vous bien !

SE | Pourquoi le choix d’une ligne artistique bass music ? Comment travaillez-vous sur la programmation des soirées étant donné que vous faites venir des artistes plutôt rares en France ?

Le choix de la bass music est évident, nous sommes tous adeptes de ce style de son. Nous ne faisons pas un apéro sans écouter du dubstep ou de la drum&bass. Pour le choix des artistes, c’est simple : on choisit les artistes qu’on adore, qu’on « tarponne » depuis longtemps ou qu’on découvre au fil de nos recherches. On peut dire qu’on se fait plaisir avant tout !

SE | Le café-concert la Dynamo a fermé ses portes le 17 septembre suite à des nuisances sonores, quels sont vos meilleurs souvenirs de ce lieu?

C’est vraiment triste de voir encore un lieu toulousain fermer… Notre belle ville rose se meurt, nous manquons cruellement de lieux et de salles pour les événements de la nuit toulousaine. Mais notre plus beau souvenir à la dynamo restera la première BLITZ où nous avons accueilli Spag Heddy ! Nous adorons tous cet artiste depuis un bon moment. Nous étions donc sur excités par cette soirée, et apparemment le public aussi ! La soirée était vraiment dingue. Et Spag Heddy un amour !

SE | Quelle est votre plus grande fierté chez Dark Pack ?

De faire venir des artistes que nous adorons, de préserver une certaine diversité et de réussir à gravir petit à petit les échelons tout en restant proche du public, et surtout : rester une famille soudée !

SE | Début septembre vous avez réalisé la première édition du High Culture Festival au Plat-up, une vision fraîche et moderne du festival en France, comment c’était ? Vous avez pris des risques ?

C’était peut-être un risque de créer un festival de ce type, au point que nous n’étions pas tous d’accord, on avait un peu peur au début de la réaction du public. Puis on a été poussé par une énergie toujours présente à la Dark Pack et nous sommes vraiment enchantés du festival. C’était une expérience de dingue, on a appris beaucoup de choses, rencontrer tellement d’artistes et de monde, c’était exceptionnel. On n’oubliera jamais cette première édition du High Culture Festival. Du coup, ça nous a vraiment motivé à fond pour faire un festival encore plus énorme l’année prochaine. Ce ne sont pas les idées qui manquent, donc on va tenter de vous surprendre encore une fois !

SE | C’était un vrai coup dur pour la communauté techno de Toulouse avec l’annulation du festival Electronic Playground au Plat-up. Quel effet ça vous fait ? Avez-vous craint un arrêté ?

Le High Culture était déjà terminé et l’annulation a eu lieu après. Nous étions tous choqués à l’annonce de l’annulation qui est intervenue en plein milieu de leur événement. C’était vraiment une injustice pour la Candy House. Ils organisent toujours des événements spectaculaires, nous adorons leur travail. En aucun cas ils ne méritaient ça.

SE | Quel artiste aimeriez-vous programmer secrètement ?

Ce n’est plus un secret à force de le dire… Excision reste un rêve ! Peut-être un jour, qui sait ?

SE | Début novembre, vous lancez la première soirée Skurt avec entre autre Funtcase, Spag Heddy, Extra Terra, Samplifire et Spread Chaos. Pourquoi faut-il être au rendez-vous ?

D’abord pour les artistes, ce sont toutes des pointures du dubstep. Vraiment vous ressortirez vivant de cette soirée, mais sacrément amoché par leurs basses et sonorités. Attention à vos oreilles ! Et en plus, comme c’est notre nouveau projet, on a prévu quelques surprises inhabituelles pour les connaisseurs de la Dark Pack ! On n’en dit pas plus, c’est à vous de venir le découvrir ! En tout cas, vous allez passer une soirée ÉPIQUE !

SE | Un dernier mot ?

On vous aime, à très vite pour de prochaines soirées ! Que la culture et la musique persistent et soient accessibles à tous !

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Leave a Reply

To Top
X

LOFI utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site web, vous acceptez leur utilisation. Plus d’informations

Les paramètres des cookies sur ce site sont définis sur « accepter les cookies » pour vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Si vous continuez à utiliser ce site sans changer vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter" ci-dessous, vous consentez à cela.

Fermer